Export du Rafale en Inde : un succès qui ne doit rien au hasard

Le 30 septembre 2016


La conclusion heureuse de la vente de 36 Rafale à l’Inde ne doit certes rien au hasard ou à la conjoncture sécuritaire de ce grand pays. Elle correspond à une démarche stratégique de longue haleine qui amène à réfléchir sur les conditions du succès à l’export de notre industrie de défense.

Pendant plus de dix ans, le Rafale de Dassault a été présenté comme « impossible à exporter »

Ainsi, l’Inde s’est équipée d’avions français sans discontinuer depuis 1953, de l’Ouragan au Mirage 2000, en passant par le Jaguar. Au fil d’une histoire contemporaine agitée par de nombreuses crises, l’Inde a pu mesurer l’importance de posséder une armée de l’Air en pointe, équipée d’avions performants et fiables. En 1999, lors du conflit Indo-Pakistanais de Kargil (province de Jammu & Kashmir), aussi dénommé « guerre des glaciers » et qui se déroule à prés de 5000 mètres, les Mirage 2000 indiens font la différence en détruisant des objectifs clés (dépôt d’approvisionnement stratégique, QG du bataillon pakistanais). À cette occasion les pilotes indiens emploient pour la première fois des bombes de précision guidées laser. Depuis le Mirage 2000 jouit d’une réputation inégalée, tant pour ces performances que sa fiabilité, ce qui conduit l’armées de l’air indienne à lancer la modernisation de ses 51 Mirage 2000 H en juillet 2011 (contrat estimé à 1,7 milliard d’Euro).

Dans le même temps la compétition lancée dès 2001 pour l’achat de 126 avions de nouvelle génération (Multi Rôle Combat Aircraft) se poursuit. En 2011, le Rafale fort de ses qualités de polyvalence démontrées au combat, en Afghanistan et en Lybie, sort vainqueur d’une évaluation très poussée de l’armée de l’Air indienne incluant l’ensemble des avions de combat concurrents (Typhoon, MiG 35, FA 18 NG/IN, F16 NG/In, Gripen NG/IN). En Mai 2015, un changement politique indien entraîne une révision profonde du marché et une réduction de cible sans toutefois remettre en cause la sélection du Rafale.

ofrtp-france-inde-rafale-large

Jean-Yves le Drian, Ministre de la Défense, lors d’une visite auprès des autorités indiennes en 2015

Ce choix de l’Inde, puissance majeure du 21 ème siècle, et dont la population dépassera celle de la Chine d’ici cinq ans, confirme le partenariat stratégique noué avec la France. Il confirme également le savoir faire français, la qualité, la crédibilité de grands programmes d’armement portés par une industrie de très haut niveau, employés au combat par des forces armées d’excellence.

Souvenons nous qu’il y a peu, de nombreuses critiques s’élevaient quant à l’inexportabilité du Rafale, présumé trop cher, trop sophistiqué, enfin trop….. ! Fort heureusement, l’équipe France formée du Ministre de la défense, du team industriel mené par Dassault, de la Direction Générale de l’Armement, sans oublier le grand acteur opérationnel qu’est l’armée de l’air, n’a jamais cédé au pessimisme, elle a continué à travailler d’arrache pied en tirant l’expérience des opérations, en mettant en confiance nos partenaires, en accompagnant l’offre commerciale.

Il est vrai que selon l’adage, « l’on ne construit pas la maison en demandant l’avis des passants », chacun aujourd’hui ne peut que s’en réjouir.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn